Blog

Juil 21

Stratégie du groupe Canal + : vers un bouleversement de l’économie du cinéma français ?

Depuis sa création en 1984, le groupe Canal + est connu pour être « le grand argentier du cinéma français ». Pourtant, deux facteurs pourraient prochainement invalider cette affirmation et, par ricochet, bouleverser l’économie du cinéma français.

D’une part, la décision du groupe Canal + de demander ou non le renouvellement de sa fréquence TNT, qui arrive à échéance le 5 décembre 2020, devrait être lourde de conséquences. En effet, si le Groupe Canal + décide de ne pas renouveler sa fréquence TNT, il pourrait être libéré de nombreux engagements notamment de l’obligation d’investir 12,5% de ses recettes dans le cinéma français. Il restera toutefois lié par d’autres obligations d’investissements mais elles seront moindres.

D’autre part, avec la transposition de la directive « Services de médias audiovisuels » (ci-après « directive SMA »),les plateformes de vidéo à la demande s’apprêtent à devenir les nouveaux argentiers du cinéma français puisqu’elles auront l’obligation de contribuer au financement de la création. Elles pourront, de cette manière, contribuer davantage au financement du cinéma que Canal +.

Pour les professionnels du cinéma, bien conscients de la bascule qui est en train de se produire, tout l’enjeu est d’inviter le gouvernement à transposer la directive SMA au plus vite. Ce dernier doit publier d’ici la rentrée, des décrets détaillant le niveau de contribution des plateformes de SVOD au financement de la création. A priori, Netflix, Amazon Prime et Disney + devraient investir 25% de leurs recettes en France. Chaque plateforme devra ensuite négocier des sous-quotas d’investissement dans la fiction audiovisuelle et dans le cinéma pour ajuster le financement au contenu qu’elles proposent. A titre prospectif, dès 2021, les plateformes devraient apporter plus de 200 millions d’euros dans la création, dont une bonne partie dans le cinéma. Ce chiffre est à mettre en balance avec les 144 millions d’euros investis dans le cinéma français et européen par Canal + en 2019.

Par Marie-Alix André pour ATurquoise

Source : Le Figaro

Lien : https://www.lefigaro.fr/medias/l-economie-du-cinema-risque-de-basculer-20200702