Blog

Mai 04

BREXIT – De nombreux désaccords subsistent encore au Royaume-Uni concernant les relations post-Brexit

Alors que la date de sortie du Royaume-Uni approche, de nombreuses discordent demeurent encore concernant la négociation et l’organisation des relations post-Brexit.

Le 20 avril dernier, le négociateur en chef du groupe de travail de l’article 50 Michel Barnier affirmait à France télévisions que « 75% du processus [de négociation des relations post-Brexit avec le Royaume-Uni] avait déjà été négocié ».

Pourtant, de nombreux désaccords subsistent de l’autre côté de la Manche.

A l’heure actuelle, seuls les gouvernements britannique et gallois sont parvenus à un accord de partage de leurs compétences législatives post-Brexit.

Tandis que l’Ecosse refuse tout projet d’accord, de nombreux points de tension se concentrent autour de la frontière – actuellement ouverte et dépourvue de douaniers – entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande.

A défaut d’accord, la solution proposée par la Commission européenne en février dernier pourrait alors être adoptée et résulterait au maintien de l’Irlande du Nord dans l’Union douanière, tout en lui conférant un statut lui permettant, à l’instar du Lichtenstein, de demeurer à la fois dans les zones économiques de l’Union Européenne et du Royaume-Uni.

Salomé Ricordel pour ATURQUOISE

Source : The Guardian

Mai 04

BREXIT – De nombreux désaccords subsistent encore au Royaume-Uni concernant les relations post-Brexit

Alors que la date de sortie du Royaume-Uni approche, de nombreuses discordent demeurent encore concernant la négociation et l’organisation des relations post-Brexit.

Le 20 avril dernier, le négociateur en chef du groupe de travail de l’article 50 Michel Barnier affirmait à France télévisions que « 75% du processus [de négociation des relations post-Brexit avec le Royaume-Uni] avait déjà été négocié ».

Pourtant, de nombreux désaccords subsistent de l’autre côté de la Manche.

A l’heure actuelle, seuls les gouvernements britannique et gallois sont parvenus à un accord de partage de leurs compétences législatives post-Brexit.

Tandis que l’Ecosse refuse tout projet d’accord, de nombreux points de tension se concentrent autour de la frontière – actuellement ouverte et dépourvue de douaniers – entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande.

A défaut d’accord, la solution proposée par la Commission européenne en février dernier pourrait alors être adoptée et résulterait au maintien de l’Irlande du Nord dans l’Union douanière, tout en lui conférant un statut lui permettant, à l’instar du Lichtenstein, de demeurer à la fois dans les zones économiques de l’Union Européenne et du Royaume-Uni.

Salomé Ricordel pour ATURQUOISE

Source : The Guardian